zone de confort1

Le jeu pour sortir de sa zone de confort

Publié par Hanine on 13/03/19 17:41
  

Si vous aviez une baguette magique, à quoi voudriez-vous que votre vie ressemble aujourd’hui ? Quelles choses auriez-vous aimé avoir déjà accomplies s’il n’y avait plus aucune limite au possible ?

Mais la vraie question est la suivante : Quelle est cette force mystérieuse qui vous a empêché, jusqu’à présent, d’atteindre cette vision idéale de vous-même et de votre vie ?

 

Dans le milieu du « développement personnel », beaucoup de coachs, d’auteurs et de conférenciers défendent l’idée qu’il faut faire des sacrifices, souffrir et se défoncer à la tâche pour, éventuellement un jour, arriver à cette destination qu’est la réussite. Cependant, et tous les mathématiciens vous le confirmeront, lorsque l’on part d’un point A à un point B, c’est bien sur la route qu’on passera le plus de temps.

Quel est l’intérêt de se dépasser si l’on ne peut pas s’amuser sur la route ? Quel est donc l’intérêt de passer sa vie malheureux ?

D’autant plus qu’après ce point B, il y aura un C, puis un D… La réussite, l’accomplissement personnel et même le bonheur ne sont pas des destinations mais bien des chemins.

 

 

Notre vraie vie commence en dehors de notre zone de confort 

En 1908, les psychologues Robert M. Yerkes et John D. Dodson expliquèrent qu'un état de confort relatif créait un niveau constant de performance. Cependant, pour maximiser les performances, les sujets avaient besoin d'un état d'anxiété relative - un espace où leurs niveaux de stress étaient légèrement plus élevés que la normale. Ils ont appelé cet espace la zone « d’anxiété optimale » et l’ont situé juste en dehors de notre zone de confort.

Quiconque s'est déjà efforcé d'atteindre un niveau supérieur ou d'accomplir un objectif exigeant sait que, lorsque l’on se met au défi, on peut obtenir des résultats étonnants. Cependant, forcer au-delà de ses limites peut se révéler contre-productif et renforcer l’idée que se dépasser est une mauvaise idée. C'est notre tendance naturelle à revenir à un état d'anxiété neutre et confortable. Il est donc aisé de comprendre pourquoi il est si difficile pour notre cerveau de s’aventurer en dehors de cette zone de confort.

Le concept de zone de confort est propre à chaque personne. Il désigne un espace privilégié où nos activités et nos comportements correspondent à une routine et à un schéma qui minimise le stress et les risques. Il fournit un état de sécurité mentale optimal.

Mais alors, faut-il à tout prix sortir de cette zone ?

Bien entendu, certaines personnes ne ressentent pas le besoin de changement et l’essentiel pour elles est de se sentir en sécurité. Pourtant, se lancer de temps en temps des petits défis et dépasser des limites que nous nous sommes fixées permet de refaire un point sur nos priorités et sur ce qui nous rend heureux. Ce que nous vivons au quotidien est-il le fruit de nos choix ou d’un mode par défaut ? Le faisons-nous par obligation, par systématisme ?

Albert Einstein définissait la folie comme étant le fait de « faire toujours la même chose et de s'attendre à un résultat différent ». Autrement dit : «pour avoir ce que vous n’avez jamais eu, il faut faire ce que vous n’avez jamais fait». Nous avons tous des rêves et des ambitions mais nous avons également nos propres peurs.

 

 

Samuser tout en se dépassant  

Il est important de rappeler que, pour l’enfant que nous étions, sortir de sa zone de confort était un comportement inné. Nous le faisions constamment par le jeu. Tous les jours nous allions à l’exploration d’un «nouveau monde».

Le jeu est pour l’enfant la principale source de développement affectif, social, physique et cognitif. Cela lui permet de découvrir de nouvelles choses, d’acquérir de nouvelles compétences, mais aussi d’apprendre de ses erreurs de manière douce et stimulante. 

Les jeux ont un impact significatif sur nos capacités de résolution de problèmes, sur notre attitude face à l’apprentissage, en plus de renforcer notre motivation à passer à l’action.

Et ça, beaucoup de grandes entreprises l’ont compris. C’est ainsi qu’une discipline appelée Gamification a récemment connue un grand essor.

La gamification consiste à utiliser des mécanismes, une esthétique et une réflexion empruntés à l’univers des jeux pour engager, motiver l'action et promouvoir l'apprentissage. Il s’agit de créer une expérience qui incite les gens à changer de comportement. Les recherches de Karl Kapp, professeur de technologie d’instruction à l’Université de Bloomsburg, ont montré que la gamification peut augmenter la motivation des employés de 51,6%.

Malheureusement, on ne voit encore que très peu l’application de la gamification dans le monde du développement personnel et du dépassement de soi. Pourtant si on y réfléchit bien, le processus d’amélioration et de développement personnel est probablement ce qui se rapproche le plus d’un jeu de rôle grandeur nature, sauf que là, les résultats sont bien réels.

Alors, à quel type de jeu vous allez jouer ? Quels sont vos objectifs de vie, de quoi êtes-vous passionné, qu’est-ce que vous avez envie d’accomplir, qui sont vos alliés, qui sont vos obstacles ?

Les mécanismes du jeu, appliqués à votre propre vie, peuvent vous stimuler et vous maintenir motivé à atteindre nos objectifs. Il est sera alors plus facile de dépasser vos blocages et vos peurs. Vous pouvez retrouver des ressources gratuites et différents articles pour vous aider à transformer votre vie en un jeu sur le site Goodbye Comfort Zone.

 

La vie est un jeu !

 

À propos de l’auteur

Fondateur de Goodbye Comfort Zone, Hanine Mhannd est un entrepreneur, conférencier et auteur spécialisé dans le dépassement de soi et la gamification.

Regroupant des dizaines d’experts de différentes disciplines, Goodbye Comfort Zone développe une nouvelle approche du dépassement de soi en y associant les mécanismes psychologiques du jeu. Et si il devenait possible de devenir une meilleure version de soi-même tout en s’amusant ?

Depuis 2016, Hanine a animé plus de 50 conférences, dont trois TEDx, écrit plus de 400 articles et publications et collaboré avec une dizaine d’entreprises allant de la PME au groupe du CAC40.

Tags: L'Échauffement

S'abonner à la newsletter


Articles récents