Écologie

Publié par Serena le Mar 28, 2022 5:04:20 PM

La mobilité douce, une manière d'adopter la mobilité durable ?

Le vélo électrique, la trottinette, le covoiturage, la marche à pied… un ensemble de nouveaux modes de déplacement qu’on appelle “mobilité douce”. Plus propres, ils réduisent les émissions de gaz à effet de serre. Dans ce guide, nous allons faire une analyse de ces nouvelles mobilités.

 

Définition de la mobilité douce

La mobilité douce désigne l’ensemble des déplacements non motorisés comme : la marche à pied, le vélo, la trottinette… tous les moyens de transports respectueux de l’environnement. Les bénéfices de ces déplacements sont nombreux : réduction de la pollution, augmentation de l’activité physique, meilleure santé physique, augmentation de la qualité de vie… Elle réduit les impacts des activités humaines, notamment sur les déplacements, et améliore la qualité de vie et des conditions de transport. Puis c’est quand même super stylé de venir au travail en trottinette ou en skate.


Cependant, la mobilité douce est liée intrinsèquement à la mobilité durable. La mobilité durable mêle les enjeux environnementaux et les problématiques du développement durable. Elle veille à développer une nouvelle mobilité qui aura moins d’impact sur la planète. Elle tend à préserver la planète et à réduire les émissions de CO2.

 

Pourquoi développer la mobilité durable ?

Développer la mobilité durable comprend, en plus des sujets environnementaux, les enjeux économiques et sociaux :

  • Économiques: diminution des coûts associés aux déplacements entre le domicile et l’entreprise et les déplacements professionnels.
  • Sociaux: amélioration des conditions de transport, optimisation du temps et donc meilleures conditions de travail.
  •  

Quelles sont les solutions de mobilités douces ?

Vélo en libre-service

Le vélo en libre-service apparaît en 1965 aux Pays-Bas. Nous devons cette idée à un groupe d’activistes anarchistes hollandais. Leur objectif était d'alerter la société sur la pollution de l’air et de consumérisme, ces premiers vélos reflètent la simplicité et l’hygiène. Puis, à la Rochelle en 1976, les premiers services de vélo en libre-service font leur apparition et se développent, pour s’étendre à Paris en 2007, où le Vélib est mis en place. De plus avec l'arrivée des vélos électriques, il est maintenant possible de faire ses trajets domicile travail sans transpirer :) Toutes les grandes villes encouragent le vélo électriques via des aides et le développement de pistes cyclables, plus d'excuses !

La trottinette

Pratique et rapide, elle est très utilisée par les usagers urbains. Et sa place est sur les aires dédiées par dans la Seine ou le Vieux-Port !

Les rollers

C’est un mode de déplacement pratique et peu encombrant. Les déplacements sont fluides et sont également vecteurs de lien social à travers des rassemblements en roller, même possible en pleine nuit !

La marche ou la course à pied

C’est la mobilité douce par excellence. D’une simplicité inégalable, elle répond aux recommandations de santé de l’OMS qui préconise de faire 150 minutes d’activité d’endurance par semaine. 1 petit pas pour l’homme un grand pas pour l’éco-mobilité. 

Le skate

Le skate cruiser est plus léger et plus petit que le skate classique, il s’inscrit dans une démarche de mobilité douce et durable. Il est adapté aux trajets de courte durée, Tony Hawk n’a qu’à bien se tenir.

 

Quelles sont les solutions de mobilités durables ?

Le covoiturage ou mobilité partagée

Selon le ministère de la Transition écologique, le covoiturage représente aujourd'hui environ 3% des trajets domicile-travail. Environ 10% des trajets s’effectuent sur des moyennes distances (20/80 km) en covoiturage, c'est-à-dire que moins de 1,5% des salariés optent pour cette solution lorsque le trajet dépasse les 80 km

 

Ce mode de transport responsable offre de nombreux bénéfices

C’est pour tous ces avantages que l’État s’engage à développer le covoiturage

Le 19 novembre 2012, l'Assemblée Nationale adopte le plan de la loi d’orientation des mobilités (LOM), qui prévoit :

  • -     D’investir plus et mieux dans les transports du quotidien
  • -     De faciliter et encourager le déploiement de nouvelles solutions pour permettre à tous de se déplacer
  • -     D’engager la transition vers une mobilité plus propre

Les transports en commun

Le bus, le train, le tramway, le métro… 15% des travailleurs utilisent les transports en commun pour se rendre sur leur lieu de travail, il existe une grande disparité entre les grandes villes et les milieux ruraux. Dans les villes ne dépassant pas 100 000 habitants, les aménagements des voies de circulation ne sont toujours pas satisfaisants, et dans les communes entre 8 000 et 10 000 habitants les transports en communs ne sont utilisés que par 8,1% des travailleurs. Alors que dans les grandes métropoles françaises, il atteint facilement les 35%. Même si prendre le métro parisien aux heures de pointe, on a connu meilleure expérience.

 

L’utilisation des transports en communs apportent beaucoup d’avantages : 

  • -     Cela permet aux personnes de villes isolées de se rendre plus facilement sur leurs lieux de travail (ce qui permet             aussi de faire des économies sur les dépenses énergétiques)
  • -     La LOM renforce cette compétitivité financière en maintenant la prise en charge à 50% minimum par les                          entreprises des abonnements de transports en commun pour leur salarié.
  • -    Cela participe à réduire la congestion routière

Les voitures électriques

L'État s’engage à améliorer l’air urbain grâce à des véhicules propres. Selon la source Avere-France/AAA Data, on constate que 37% (en 2019) des immatriculations de véhicules hybrides rechargeables et électriques, et la progression continue en 2020. On est pas encore à la delorean volante mais on s’y rapproche ! 

 

La voiture électrique propose plusieurs avantages :

  • -     Moins chère (économie de 2 à 3€ pour 100Km)
  • -     Aides de l’état allant jusqu’à 11 000€
  • -     27 600 bornes publiques ou recharges à domicile
  • -     Plus silencieuse
  • -     Propre (2 à 6 fois moins polluante qu’un véhicule thermique) 
  • -     Recyclable (80% des composants des batteries au lithium déjà recyclables)
  • -     Responsable
  •  

Comment promouvoir les mobilités douces ?

Communiquer sur les enjeux environnementaux permet d’engager et de mobiliser les autres. Il est important de promouvoir la mobilité douce en entreprise car les déplacements professionnels représentent 5,5 millions de déplacements quotidiens en Ile-de-France. Afin de mobiliser vos collaborateurs en ce sens, vous pouvez mettre en place certaines des actions suivantes :

 

  • -     Participer à plus de 50% pour le remboursement du titre du transport en commun, dans le but de limiter l’usage de la voiture pour les déplacements
  • -     Encourager le covoiturage et l’autopartage
  • -     Favoriser la flexibilité des horaires pour faciliter l’usage des transports en commun 
  • -     Créer un stationnement sécurisé pour les vélos ou un local 
  • -     Mettre en place un forfait de mobilités durables pour prendre en charge les frais des salariés utilisant un moyen de        transport alternatif 

Les nouveaux modes de déplacement sont des alternatives aux modes de transport habituels et permettent de décarboner notre belle planète. La mobilité douce permet d’affronter et de répondre à des enjeux environnementaux actuels, n’en déplaise à l’ancien président des États-Unis. Alors oui, il faut repenser certaines organisations territoriales, mais qui présentent des bénéfices pour la population et l’avenir de notre planète. 

 

Nouveau call-to-action

“Ok. Génial. Ça a l’air vraiment top tout ça.”

Posez nous vos questions, prenez un rendez-vous téléphonique, ou dites nous ce que vous pensez des gens qui laissent leurs céréales ramollir dans le lait le matin, on vous répond vite, promis.