Écologie

Publié par Brice Chapignac le 26/07/18

Peut-on faire du sport pendant un pic de pollution ?

Les épisodes de pollution sont fréquents ces derniers temps en France, et pas seulement en région parisienne, notamment certaines vallées alpines sont durement touchées.

Lors de ces épisodes, on entend souvent qu’il faut éviter toute activité, et attendre des jours meilleurs… Qu’en est il exactement ?

 

Que respire-t-on ?

L’air “pur” est composé à 78% de diazote N2, 21% de dioxygène O2, et 0,95% d’Argon.

Cet air est contaminé par différents polluants. La liste est longue : dioxyde d’azote, ozone, particules fines... nous allons nous intéresser principalement à cette dernière catégorie, celle la plus pointée du doigt lorsqu’il s’agit d’évoquer le sport lors d’un épisode de pollution.

 

D’où viennent les particules fines ?

Les particules fines sont des microparticules de moins de 0,25 micromètre de diamètre, produites essentiellement par le trafic routier de moteurs diesel, ainsi que la combustion (chauffage).

 

Quelles sont les conditions pour un pic de pollution aux particules fines ?

Une situation durable d’un anticyclone avec peu de vent dans une zone urbaine ou industrielle dense, quelle que soit la température.

Pratique sportive pollution

 

Pourquoi les particules fines sont pointées du doigt lorsqu’il s’agit de faire du sport ?

Les particules fines pénètrent profondément dans l'arbre respiratoire, jusque dans les petites bronches et les alvéoles où s'effectuent les échanges gazeux.

Au repos, un adulte inspire et expire entre 6 et 10 litres d'air par minute. Pendant un effort physique, c’est jusqu’à 10 fois plus. C’est donc 10 fois plus de particules fines qui pénètrent dans vos bronches pendant le sport.

 

Quels sont les impacts immédiats lorsque vous pratiquez du sport lors d’un pic de pollution ?

Une réaction inflammatoire apparaît au niveau des bronches, aggravant ou pouvant déclencher un asthme. Une augmentation du nombre de consultations et d'hospitalisations est observée lors des pics de particules fines.

Et sur le long terme ?

J’aimerais bien vous apporter des certitudes, mais il semble qu’il soit difficile de comparer les bénéfices d’une activité physique régulière et les dommages liés à la pollution. Une augmentation des cancers bronchiques est avérée, et de manière générale une augmentation des pathologies respiratoires. Cependant les risques cardio-vasculaires sont largement réduits grâce à la pratique du sport. Il n’existe donc aucun consensus sur le fait qu’il faille arrêter ou pas le sport lorsqu’on vit dans un lieu pollué.

 

Alors que faire pour un sportif qui vit dans un lieu soumis à des épisodes de pollution ?

Privilégier les jours de pluie et de vent, conditions qui chassent les polluants. Eviter les routes fréquentées ou confinées, et préférer les zones vertes. Attention, les deux bois parisiens se situent en bordure du périphérique et peuvent être très pollués par endroit. Enfin, l’air de la ville est le plus pur entre 4h et 8h du matin. Sinon, privilégier la marche plutôt que la course à pied les jours de pics de pollution peut être une alternative très intéressante ! 

 

 

 

En conclusion, la pollution fait malheureusement partie du paysage urbain de bon nombre de nos villes. Les impacts sur la santé sont avérés et néfastes, certaines précautions permettent de pratiquer du sport en limitant sensiblement l’impact des polluants sur votre santé. Et vous, est-ce que la pollution a des conséquences sur votre pratique sportive ? N’hésitez pas à nous faire part de votre expérience !

 

“Ok. Génial. Ça a l’air vraiment top tout ça.”

Posez nous vos questions, prenez un rendez-vous téléphonique, ou dites nous ce que vous pensez des gens qui laissent leurs céréales ramollir dans le lait le matin, on vous répond vite, promis.